Coopérative Solidarité - L'art de Cultiver l'agroécologie

Partenaires
Via Campesina
Union Paysanne
Nous Contacter

107 ch du pinacle Frelighsburg Qc, J0J 1C0

Rechercher
  • centrepaysan

Le seuil de danger des insectes dans nos jardins

De loin les animaux les plus complexes, les plus nombreux et les plus diversifiés de la terre, les Insectes sont pourtant parmi les plus méconnus et craints. Ces petits êtres étant des trésors de biologie et de beauté, les humains gagneraient à mieux cohabiter avec eux : ils dominent la planète Terre et on ne pourra jamais les éradiquer. Mieux encore : sans eux, l’être humain ne pourrait survivre. Par Geneviève Lalumière


Le jardin-écosystème

Pour bien gérer un jardin, il est impératif de comprendre qu’avant d’être un danger potentiel, les insectes sont essentiels à la bonne santé d’un écosystème. Un jardin sans insecte est un jardin stérile et sans vie, qui ne pourra pas survivre longtemps. Un écosystème est un système complexe ayant besoin des représentants de tous les types de vie pour bien fonctionner. Les insectes et les végétaux ont co-évolué et entretiennent plusieurs relations symbiotiques qui les rendent indispensables les uns pour les autres.


Ce n’est donc pas la présence d’insectes sur un végétal qui peut nous indiquer un danger potentiel, mais bien une réaction de la plante. On peut ainsi repérer un problème si on observe une plante rabougrie, desséchée, flétrie, frêle, sans fruits ou fleurs, etc. Une tache ou des trous sur des feuilles ne seront inquiétantes que si la santé de la plante est clairement en péril, reconnaissables aux signes énumérés plus haut. S’il y a des insectes, trous ou taches mais que la plante reste florissante, vigoureuse et verte, il n’y a pas de danger.


Le débalancement dans l’écosystème

Souvent aussi, les insectes ne sont pas responsables de la détérioration d’un végétal, ils sont seulement un symptôme de mauvais soins. Une infestation d’insectes est un indice d’un écosystème débalancé. Les insectes peuvent repérer les plantes malades et les jardins où il sera facile de proliférer. Il ne faudra donc pas chercher à se débarrasser des insectes, mais plutôt chercher la cause de ce débalancement.


Les pucerons se nourrissent en piquant et suçant la sève des végétaux. Ils ont donc une prédilection pour les tissus tendres et facile à piquer. Des plants qui sont sur-fertilisés, qui manquent d’eau ou de soleil auront tendance à développer ce type de tissus. Les plantes qui vivent un stress environnemental dégagent aussi des signaux qui attirent les pucerons. Donc si le plant est stressé, la solution est d’éliminer cette source de stress, pas de camoufler le symptôme.


Si toutefois le plant est dans des conditions optimales et est très vigoureux, des pucerons ne seront alors surement pas perçus comme une menace. La pluie ou les coccinelles vont s’en charger. À l’échelle d’un jardin, une petite infestation n’est pas alarmante. Le pire qui pourrait arriver est qu’ils réduisent votre récolte d’un fruit ou deux. Rien qui ne justifie d’associer les pucerons à un danger pour le jardin.


L'observation rigoureuse

Une observation importante à faire est bien entendu l’étendue de ladite infestation. Si vous avez un seul plant, vous n’évaluerez pas le risque de la même manière que si vous en avez dix.

Il est important de bien observer ce plant : si les feuilles restent vertes et le plant vigoureux, pas de problème : les pucerons vivent sur le plant comme nous vivons sur terre. Mais si dans une ou deux semaines les feuilles commencent à jaunir et à flétrir et si vous voyez la population de pucerons recouvrir le plant, vous pouvez alors penser à doucher le plant avec de l’eau ou écraser les pucerons. Si vous avez plusieurs plants, il est parfois utile de simplement retirer le plant qui est trop jauni et flétri.


Il y a une règle de base dans le jardinage : on doit s’attendre à un minimum de 10% de ‘’pertes’’: c’est le partage avec les autres habitants du jardin.


À l’échelle résidentielle, on ne devrait jamais recourir à des pesticides du marché. Habituellement un jet d’eau ou un retrait manuel des insectes suffit. Sinon, de l’eau pulvérisée avec du savon à vaisselle peut aider pour les plantes précieuses de notre balcon, mais seulement quand le plant présente des signes de détresse.


Il y a beaucoup plus d’insectes bénéfiques que d’insectes ravageurs au jardin. Utiliser un pesticide quel qu’il soit, même s’il s’agit juste d’un mélange d’eau et de savon à vaisselle, risque de tuer des insectes bénéfiques et de débalancer encore plus votre jardin-écosystème. Il faut donc prendre une décision d’épandre un produit uniquement après une observation rigoureuse, car cela occasionne souvent plus de tort que de bénéfices.


Tout comme une infestation d’insectes est un symptôme d’un débalancement de l’environnement, chercher à tous prix à se débarrasser des Insectes est un symptôme d’une mauvaise compréhension son environnement. On change le monde en sauvant une bibitte à la fois !


Source : Campbell Biologie Chapitre 33 Les Invertébrés

Photo: Aline Piché

4 vues